....RETOUR SUR..../2018

2018

EXPOSITION SUR LA LIGNE DE CHEMIN DE FER TOULOUSE / CARAMAN

Zoomgare Caraman

     L’association Les Gardiens des racines organise une exposition consacrée à l’histoire de l’ancienne ligne de chemin de fer Toulouse – Revel (qui passait par Caraman), depuis ce lundi 15 janvier et jusqu’au jeudi 18 janvier 2018, au centre culturel Antoine-de-Saint-Exupéry. Cet accrochage compile plus de 500 documents originaux liés aux études, à la construction puis à la mise en service de cette ligne de chemin de fer, comme l’explique Jérôme Salles, le président de l’association : "Au total, il y a eu 20 années d’études, d’enquêtes et de concertation avec les élus et propriétaires, avant la construction des gares et l’inauguration en 1907 de cette ligne Toulouse – Revel.     
Elle a été utilisée pendant 27 ans, jusqu’à son désarmement. Sa réouverture est intervenue entre 1940 et 1944 pour la machine à vapeur avant son démantèlement dans les années 50." Des documents manuscrits issus des études des ingénieurs de l’époque.     
Durant quatre jours, le public découvrira ainsi les documents manuscrits des études réalisées par les ingénieurs Chanal et Geze dès 1881, comme le précise Jérôme Salles : " Il y a les projets de stations, les avant-projets de ponts, tunnels et autres ouvrages d’arts, avec plans et courbes de niveaux tracés à la main à l’encre de chine sur des papiers de soie, puisque le papier-calque n’existait pas avant 1920.           
     Tous ont été réalisés d’une extraordinaire main de maître par ces deux ingénieurs." Parmi les autres documents exposés, figurent les procès-verbaux des opérations menées par les commissions d’enquêtes au sujet des trois tracés proposés en 1883, les conventions avec les propriétaires de terres, des actes liés aux expropriations et même un document inédit actant les statuts de création de la Compagnie des chemins de fers du midi. Une conférence organisée le mardi 16 janvier Plusieurs objets seront aussi présentés comme des ustensiles de cuisine en cuivre utilisés par les ouvriers asiatiques ayant participé au chantier.
     Des bornes en ciment délimitant les voies seront également exposées ainsi que bien d’autres documents exceoptionnels comme l’annonce Jérôme Salles : "Et puis il y aura des photos des gares, de matériel roulant et des locomotives à vapeur, des maquettes de diligences des années 1800-1880 avant l’arrivée de la vapeur, une trentaine d’affiches publicitaires originales de la Compagnie des chemins de fer du midi datant de 1900 à 1940 et aussi quelques affiches publicitaires de propagande satirique et politique." Un réseau ferroviaire animé sera aussi visible grâce à la participation du Cercle ferroviphyle européen basé à Toulouse, ainsi qu’une reproduction de train. Enfin, le mardi 16 janvier 2018 à 21 h, se tiendra une conférence autour de la ligne de chemin de fer Toulouse – Revel et des projets actuels de la SNCF.      
     Elle sera animée par Gilles Rouyer, responsable Synergies institutionnelles à la Direction des affaires territoriales de la SNCF Mobilités Occitanie.

(Sources: La voix du midi)

EXPOSITION: Le train à Caraman

UNE BORNE DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES MISE EN SERVICE SUR LA COMMUE

    Les utilisateurs de véhicules électriques pourront désormais recharger leur véhicule sur la commune. Une borne de recharge vient d’être implantée route de Toulouse.
     Cette borne est installée par le Syndicat Départemental d’Énergie de la Haute-Garonne (SDEHG) et fait partie de son programme de déploiement de 100 bornes de recharge pour véhicules électriques en Haute-Garonne.

Un réseau de bornes de recharge pour favoriser le développement du véhicule propre.

     L’objectif du SDEHG est d’encourager le développement du véhicule électrique en Haute-Garonne. L’usage de la voiture électrique permet de lutter contre la pollution de l’air et réduire notre dépendance aux hydrocarbures. L’installation de ces bornes, selon un maillage cohérent réparti de manière homogène sur le département, permettra de rassurer le conducteur en lui assurant un maximum de 20 km entre deux bornes.
     Cette opération est réalisée avec le concours financier des Investissements d'Avenir de l'Etat, confiés à l'ADEME (50%) et du SDEHG (35%). La commune prend à sa charge seulement 15% du coût de l’installation de la borne, soit environ 1 000 €.

Une borne de recharge simple d’utilisation et accessible à tous.

     Une borne comprend 2 points de charge. Deux véhicules peuvent charger en même temps. Les véhicules acceptés sont les voitures électriques, les voitures hybrides rechargeables, les vélos et scooters électriques.
     Il est possible de charger un véhicule électrique sur les bornes du SDEHG en utilisant plusieurs moyens d’accès :
     une carte d’accès SDEHG,
     une application mobile (« Freshmile Charge » à installer gratuitement sur son smartphone à partir de Google Play et App Store),
     un site internet pour les utilisateurs occasionnels (par saisie d’une adresse internet indiquée sur la borne ou par scan d’un QR Code),
     une carte de recharge d’autres opérateurs (exemple : une carte de constructeur automobile, une carte KiWhi Pass®, une carte ChargeMap Pass, etc.). 
     Le coût de la recharge est de 0,20 € pour les 20 premières minutes, puis de 0,75 € par demi-heure suivante entamée.

Pour en savoir plus et connaître les bornes de recharge SDEHG disponibles : www.sdehg.fr

 

LES 50 ANS DU COMITE DES FETES DE CARAMAN

LES 100 ANS DE MONSIEUR MILHAVET Léon.

La commune de Caraman est heureuse de compter parmi ses habitants un nouveau centenaire:
Mr Milhavet Léon, né le 2 mars 1918 à Maurens.

CARAMANGA 2018

Zoom     La troisième édition du salon Caramanga a attiré près de 1 400 visiteurs, samedi 10 et dimanche 11 mars, à Caraman.

     Concours de cosplay, dessins et jeux vidéo, ateliers de mangas et maquillage, démonstrations de danse, concert du groupe Goldarock… Sous la houlette de Benjamin Duret et des membres de la commission Culture de la mairie de Caraman, l’équipe de bénévoles en charge de l’organisation de cette troisième édition de Caramanga a fait feu de tout bois tout au long de ce week-end dédié à la culture geek.
    
     Avec près de 1 400 visiteurs accueillis (soit 200 de plus que l’an dernier), l’événement a connu un véritable succès populaire. Dans l’auditorium du centre culturel, le public pouvait découvrir une trentaine de stands dédiés à l’univers des mangas, séries, bandes dessinées ou encore à la science-fiction.
     
     Sur scène, différentes animations étaient proposées tout au long du week-end dont des démonstrations de danses ou encore l’incontournable concours de cosplay.     
     Ce dernier était là aussi marqué par une participation en hausse par rapport à l’an dernier, avec plus de 21 concurrents qui ont défilé devant le public le dimanche après-midi.
     
     La salle annexe du centre culturel était quant à elle transformée le temps d’un week-end en paradis des amateurs de jeux vidéo. Autre temps fort du week-end : le concert du groupe Goldarock programmé le samedi soir. Vêtus de leurs costumes, les cinq musiciens ont enchaîné sur scène des versions revisitées de quelques-uns des plus célèbres génériques de dessins animés des années 80 et 90.
         À l’issue de ce week-end, les organisateurs affichaient un très large sourire au regard du déroulement du salon. Tout comme le maire de Caraman, Jean-Clément Cassan, lors de son intervention en clôture du salon :


     "Je suis heureux car c’est une manifestation très bon enfant, avec des jeunes qui sont toujours tous très polis et que tout se déroule sans le moindre problème. Pour toutes ces raisons, sachez que l’on sera toujours très heureux de vous accueillir à Caraman, l’année prochaine et toutes celles qui suivront !"
    
     Le rendez-vous semble donc d’ores et déjà pris pour une quatrième édition en 2019.

(Sources: La voix du midi)

3 PODIUMS POUR LES ZEBULONS

     Les Zébulons continuent vaillamment leur saison et les résultats sont là. Le club de gym caramanais, entrainé par Babeth Payrastre et Amandine Aversenq, a présenté 5 équipes lors de la compétition interdépartementale fédérale B des 7 et 8 avril à Saint-Jean.

     Dans la catégorie 10/13 ans, une première équipe a le plaisir de monter sur la 3e marche du podium (sur 21 équipes). Au classement individuel, Amélie Vidal est 4e, Lila Aime 9e, Satine Fontorbes 17e, Julia Aime 28e et Alba Cassan 31e.


     La seconde équipe dans la même catégorie est 4e à seulement 0,2 point de leurs coéquipières. Individuellement, Elia Dalenc est 7e, Faustine Rellier 13e, Océane Papaix 15e et Romane Barbaro 19e. Célia Laurens, blessée, n'a pas pu participer mais est venue soutenir son équipe.
     Dans la catégorie 10 ans et plus, deux équipes ont également représenté le club. Une première équipe se classe à la 2e place sur 17 équipes. En individuel, Savanah Cossard obtient la 2e place. Julie Beauvais est 5e, Charlotte Boussuge 10e et Lee-Ann Martin 19e. La seconde équipe se positionne à la 5e place. Camille Guillope et Lou Monticciolo obtiennent le même score et sont 14e. Mélanie Foltran est 19e et Alissa Martinez 29e.

     L'équipe dans la catégorie 10/11 ans réalise aussi une bonne performance et monte ainsi sur la 2e marche du podium. Individuellement, Angèle Massin est 7e, Jeanne Pradon 10e, Noélie Martins 12e, Gwladys Foltran 36e et Maud Valette 41e.


     Au vu des résultats, ces 5 équipes ont obtenu leur qualification pour la finale régionale Occitanie début mai à Flavin en Aveyron. Durant toute la journée, Marine Duforet a assuré le rôle de juge club, le matin à la poutre et l'après-midi au sol. Claudine Pitot et Cindy Aime sont également venues porter main-forte à l'encadrement des gymnastes.

(Sources: La dépêhe du midi) 

INAUGURATION DE LA BORNE DE RECHARGE POUR VEHICULES ELECTRIQUES.

     Monsieur Jean-Clément Cassan, Maire de Caraman et Monsieur Pierre Izard, Président du Syndicat Départemental d’Énergie de la Haute-Garonne (SDEHG) ont inauguré, jeudi 31 mai, la borne de recharge pour véhicules électriques mise en service à côté de l’entrée du cimetière, sur l’avenue de Toulouse.
     Étaient présents Monsieur Gilbert Hébrard, conseiller départemental du canton de Revel, les élus des communes voisines, les conseillers municipaux de Caraman ainsi qu’une classe d’élèves de l’école.
     Après les discours, Monsieur Patrick Caseilles, directeur du SDEHG, a réalisé une démonstration de charge du véhicule électrique de service. Les enfants se sont intéressés de près au fonctionnement de la borne de recharge et ont posé de nombreuses questions sur les voitures électriques. Ce nouvel équipement s’inscrit dans le cadre du projet du SDEHG de déploiement de 100 bornes de recharge pour véhicules électriques en Haute-Garonne.
     Le conseil municipal de Caraman s’est porté volontaire pour accueillir une borne de recharge publique sur son territoire. A Toulouse, le 31 mai 2018, Page 2 sur 2 Un réseau de 100 bornes de recharge pour favoriser le développement du véhicule propre.
      Le véhicule électrique, c’est moins de pollution de l’air et moins de nuisances sonores. Pour favoriser le développement du véhicule électrique, le projet du SDEHG consiste à mailler le territoire départemental en infrastructures de recharge, avec une borne de recharge tous les 15 à 20 kilomètres. Chaque borne est équipée de 2 points de charge permettant à 2 véhicules de se recharger en même temps. 20 minutes de charge correspondent à environ 40 km de trajet pour une Renault Zoe par exemple. Les petits véhicules, cycles et scooters électriques pourront également se recharger sur les bornes grâce à des prises spécifiques prévues à cet effet.     
     A ce jour, le SDEHG a mis en service 87 bornes de recharge réparties de manière homogène sur le territoire.     
     Parmi ces 87 bornes, les plus proches de Caraman sont implantées sur les communes de Tarabel, Lanta, Sainte-Foy d’Aigrefeuille, Fourquevaux, Villefranche-de-Lauragais, Gardouch, Verfeil. Des bornes publiques accessibles à tous et simples d’utilisation Il est possible de charger un véhicule électrique sur les bornes du SDEHG en utilisant les moyens d’accès suivants : une carte d’accès SDEHG, une application mobile à installer sur un smartphone (téléchargement gratuit sur Google Play et App Store), un site internet pour les utilisateurs occasionnels, une carte de recharge autre (exemple : une carte de constructeur automobile, une carte KiWhi Pass®, une carte ChargeMap Pass, etc.). Le coût de la recharge est de 0,20 € pour les 20 premières minutes, puis de 0,75 € par demi heure suivante entamée. 
     Un projet financé par l’Ademe, le SDEHG et la commune. Ce projet de réseau de recharge est un investissement public de 650 000 €, subventionné par l’ADEME dans le cadre des Investissements d’Avenir de l’Etat. La pose d’une borne de recharge coûte au total 6 500 €. Son financement se répartit entre l’Ademe (50%), le SDEHG (35%) et la commune qui accueille la borne (15%).

LE TITRE DE CHAMPION D'OCCITANIE DE L'EQUIPE MASCULINE DU CARAMAN BASKET CLUB.

La montée en pré-national assurée, l'équipe 1 du Caraman basket club s'est également emparée du titre de champion d'Occitanie face à Béziers.

LES 30 ANS DE L'ECOLE DE DANSE TERPSICHORE.

     «Magnifique, d'une qualité exceptionnelle» sont les mots dits et répétés par les nombreux spectateurs ayant assisté aux spectacles de l'école de danse Terpsichore de Caraman qui fêtait cette année ses 30 ans.

     Dans la salle du centre culturel Antoine-de-Saint-Exupéry, pleine à craquer, 170 danseurs ont présenté trente chorégraphies orchestrées de main de maître par Christine Boisseau et Virgil Candeil, les deux professeurs de l'association.
     Neuf mois de répétitions, plus de 200 costumes réalisés, une participation importante des bénévoles de l'association Terpsichore et le professionnalisme de Christine et Virgil ont permis de vivre deux heures d'un grand spectacle. Pour ses 30 ans, le thème choisi était «tout en lumière…»
     Cette thématique a permis de mettre en œuvre des chorégraphies classiques, néo-classiques, jazz, hip-hop mais aussi de style cabaret. Les jeux de lumière et de superbes costumes lumineux ont captivé le public.
     L'association Terpsichore reprendra ses activités au mois de septembre avec une nouveauté, l'ouverture de cours classique et jazz le lundi pour les enfants à partir de 6 ans.
Pour tous renseignements : Tél. 05 61 83 30 80. Site : www.assoterpsichore.com ou Facebook/DanseAssoTerpsichore/

(Sources: La dépêche du midi)

LES FETES DE CARAMAN

     Le comité des fêtes avait organisé cette année les fêtes de Caraman sur sept jours du 14 au 20 août.

      Beaucoup d'activités ont été proposées et chacun a pu trouver ce qui lui plaisait dont un loto, de la belote, deux concours de pétanque avec la nuit de la pétanque en triplettes samedi en 4 parties (66 équipes) et un concours en doublettes lundi (50 équipes), les deux à l'esplanade J. Pédémas et gérées au graphique par René Roquebernoux et Edmond Dalenc.
     Mais aussi une retraite aux flambeaux accompagnée par la banda «Les Caramagnols avec dépôt de gerbe au monument aux morts, des balades à poney, un feu d'artifice au lac de l'Orme Blanc dimanche soir.

     Mercredi 15 août le spectacle était avec «Granadria Aventura», un spectacle de vachettes avec Cuadrilla complète en habits de lumière. Il y avait beaucoup d'enfants dans les tribunes pour apprécier le spectacle.     
     Le comité des fêtes avait préparé des repas place du Castelat, Bodega et traditionnelle Mounjetade. Plus de 300 personnes étaient inscrites à chaque repas. Et bien sûr des bals le soir soit sur la place du Castelat soir sous la halle (B § V, Light, Océanis, David Corry).

     La journée du samedi s'est déroulée au lac de l'Orme Blanc avec dès le matin du Ventriglisse double piste de 20 mètres, la découverte en aéroglisseur et l'après-midi Totes Al Lac, journée parrainée par évasion nautique de Castelnaudary, concours de radeaux, animations. Participants et spectateurs étaient nombreux au lac ce samedi pour cette journée de fête.

     La journée de dimanche, la «journée paysanne» était entièrement réservée à l'association des jeunes agriculteurs de Caraman avec des concours de labour, la démonstration de labour à l'ancienne avec des bœufs et le pentathlon paysan. Pour ce jeu les participants devaient s'affronter par équipe sur des épreuves physiques inspirées des traditions des campagnes. La fête mise en place par le comité des fêtes pour son cinquantième anniversaire a été parfaite.

(Sources: La dépêche du midi)

Présentation de la semaine du centenaire 14/18 à Caraman

Zoom

HALLE CENTRALE

Du 10 au 17 Novembre de 8h30 à 20h (Gratuit).

     Exposition « 1918 – 100 ans » par l’association Collection Militaria Occitanie.

     Cette association, créé en 1991, par un groupe de passionnés, vous présentera une vingtaine d’uniformes et divers documents authentiques retraçant l’Histoire de cette « Grande Guerre ».

Dimanche 11 novembre à 10h45 (Gratuit)

     Cérémonie commémorative.

     Avec la collaboration de la FNACA, la municipalité de Caraman vous invite a commémorer le centenaire de la Grande Guerre.
     Beaucoup de surprises vous attendent, avec notamment, la participation très active, de l’école élémentaire P.P. Riquet, et le collège F. Mitterrand de Caraman.

Mardi 13 novembre 2018 de 18h-19h30 (Gratuit)

      Conférence « Comprendre la Grande Guerre » par Benoist Couliou Historien, membre du Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 (CRID 14-18).

     Un siècle après la fin des combats, et alors que s’achève un cycle de commémorations qui a régulièrement placé cet événement au cœur de l’actualité, comment notre société peut-elle appréhender ce qui s’est passé entre 1914 et 1918 ?     
     Les causes profondes et immédiates du déclenchement du conflit, l’adaptation à la durée imprévue de la guerre, les transformations politiques, économique et sociales profondes qu’elle a entraînées, les conséquences à long terme pour celles et ceux qui l’ont vécue… Les questions restent nombreuses. 
     Le terrible bilan du conflit amène parfois à penser qu’il s’agirait d’un événement incompréhensible. C’est le rôle du travail d’histoire que de nous amener, au contraire, à comprendre la Grande Guerre.

CENTRE CULTUREL ANTOINE DE SAINT EXUPERY.

Du 12 au 17 novembre (Gratuit)

     Exposition le centenaire 14-18 par le collège François Mitterrand et l‘école Pierre Paul Riquet de Caraman.
   
     Dans le cadre d’une collaboration avec l’artiste plasticien, René Appalec, vous pourrez découvrir les travaux réalisés par les élèves de 3° avec leur professeur d’art plastique, madame Duplan, autour de la Première Guerre mondiale et des Gueules cassées.    
     Aidés par leurs professeurs d’histoire messieurs Laporte, Martinez et Gaffard, ces élèves de 3° ont effectués des recherches sur les soldats Caramanais inscrits sur le monument aux morts de la commune, grâce aux documents d’archives municipales et au site internet Mémoire des Hommes .
     Les élèves de Classe de 3e 2, ont ainsi réalisés une carte papier très grand format sur les lieux de décès des ces soldats.
     Ceux de la Classe de 3e 3, ont créés une carte interactive numérique qui viendra alimenter le site ENT du collège et le site de la mairie de Caraman concernant les différents lieux de décès des soldats caramanais.
     Les élèves des classes de 3°4 et 3°5, ont quant à eux, élargies leurs recherches sur les thématiques de la Guerre en réalisant diverses affiches et diaporamas sur : Toulouse pendant la guerre : quels rôles ?- : Progrès de la médecine ?- Les films sur la guerre : exemples (avec affiches, synopsis)- Les chan(t)sons de la guerre…
     Les élèves de l’école élémentaire, vous présenteront également divers travaux sur le thème du centenaire 14-18.
     Vous pourrez également admirer d’authentiques affiches de cette période tourmentée, issus d’une collection privée.

Lien vers la carte interactive

Zoomlégende carte interactive   

       Cliquez ici pour visionner la carte interactive

Jeudi 15 novembre à 20h45 (6€-3,50€)

     Projection du film : Au revoir là-haut 
Comédie dramatique française d’octobre 2017 (1h 57min) De Albert Dupontel.

     Avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire..

Vendredi 16 novembre à 20h45 (Gratuit)

     Conférence « Elles aussi étaient en Guerre » par le Général J. Granson.

     En août 1914, la première guerre mondiale éclate. Les hommes sont mobilisés au front.
     On prend alors (enfin ?) conscience de l’importance de la femme dans la société et de sa nécessité dans l'effort de Guerre. Certaines femmes vont s’illustrer à titre individuel (Marie Curie, les espionnes,…), d’autres à titre collectif (les infirmières,…).
     Quelques-unes vont provoquer un bouleversement dans la société en se révoltant. Dans les régions occupées du Nord de la France, les femmes vont beaucoup souffrir (malnutrition, sévices, déportation,..).
     A l’arrière les femmes vont soutenir les soldats (courrier, colis, …), mais surtout elles vont produire la nourriture nécessaire à l’ensemble de la population alors que les chevaux ont été réquisitionnés. Elles vont remplacer les hommes dans de nombreuses tâches (conductrices de trains, pompiers, munitionnettes,…).      
     Après l’armistice, elles n’obtiendront qu’une faible reconnaissance, cependant elles auront au moins bouleversé l’ordre établi et elles se seront positionnées pour de nouvelles aventures dans leurs luttes pour l’égalité.

Samedi 17 novembre à 20h45 (Participation Libre)

       Théâtre "Guerre et sentiments" par l’association « sign’art brut ».
             Hommage à l'occasion des 100 ans de la fin de la Première Guerre Mondiale.
     Il a été monté de toutes pièces par les membres de l'association "Sign'Art Brut", de l'écriture à la mise en scène en passant par la création des costumes et des décors. Des élèves âgés de 11 à 17 ans interpréteront deux pièces :
     La première traite de l'influence sociale de la Guerre sur les enfants. 
     La deuxième évoque les sentiments des civils et des poilus.
     Ce projet sera avant tout joué devant des primaires et des collégiens. Il a pour but, à travers le théâtre et le maniement des émotions et de l'humour de"Sign'Art Brut", d'aborder la guerre autrement et de sensibiliser les enfants ainsi que les jeunes au souvenir et au devoir de mémoire.